La forêt et les cochons imaginaires

On a de la chance, on a des grums marcheurs. Des grums qui ne rechignent pas face à quelques km et c’est plutôt une chance. D’ailleurs, ils pourraient vivre dehors que ça leur conviendrait tout à fait.
C’est une chance, en ville ou en rase campagne.
La forêt déclenche chez zib une panique incontrôlée plus communement appelée  » gniiii môman, y’a des cochons ».

Pourtant, on fait pas de chasse à cour et jusqu’a preuve du contraire nous n’avons jamais croisé de sanglier.

Nos agréables balades en forêt se transforment en truc un peu pénible pendant lequel on doit porter notre paquet de près de 11kg sur épaule/bras.

20131111-081654.jpg

20131111-081718.jpg

20131111-081727.jpg

20131111-081733.jpg

on a retrouvé lemec d’assasins creed

20131111-081805.jpg

20131111-081813.jpg

20131111-081820.jpg

20131111-081827.jpg

20131111-081835.jpg

20131111-081842.jpg

20131111-081851.jpg

Ca serait pas un cochon, là-bas?

20131111-081921.jpg

20131111-081934.jpg

20131111-081949.jpg

20131111-082002.jpg

20131111-082012.jpg

20131111-082022.jpg

20131111-082036.jpg

20131111-082048.jpg

20131111-082100.jpg

20131111-082115.jpg

20131111-082127.jpg

Une balade en forêt pour zib, c’est un peu man versus wild, en fait…

Une réflexion sur “La forêt et les cochons imaginaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s