On s’bouge le booty:clé du succès

Ca a commencé par un besoin impérieux de revivre, de ressentir des sensations plus intenses dans un corps endormi depuis quelques années. Etudes prenantes, responsabilités, grossesses et travail.

En octobre, j’ai poussé la porte d’une salle de sport. Je n’en avais jamais fréquenté assidument. J’avais du tenter pendant mes études de STAPS à l’orange bleue mais comme le veulent les clichés, au bout de trois fois, mon abonnement est parti aux oubliettes. Puis après la naissance de Chevelu. 3 mois. Et la lassitude et réapparue. Salle trop éloignée, parfois seule à y aller. Motivation mention Ras Des Paquerettes. Puis de la zumba et de la danse. Mais rien qui ne m’a donné l’envie du encore plus, encore plus loin ((jusqu’au bout de l’extrême limite, tu vas loin lalalalalala pardon je m’égare…).

Et se pointe l’instant où tu prends la décision, tu t’y mets et damned…Que c’est BON!Tu y prends goût!

J’ai commencé par 2 jours par semaine. Voire 3. Au début, je ne faisais qu’une séance. Je totalisais donc environ 3 heures par semaine. Ca a duré environ 2 mois à ce rythme. En douceur. Et fallait faire passer la pillule à l’Homme avec lequel on se fait le relais pour garder les grums.

Mais la magie mes poulettes, la magie de ce truc, c’est que tu en deviens dépendante.J’ai peu à peu augmenté mon volume par semaine. Grâce à plusieurs facteurs déterminants:

-le bien-être ressenti après les cours

-le plaisir de voir des personnes autres que ton petit cercle familial.

-les progrès et les effets sur le corps

-et la valorisation

Je me souviens du power barre au début(qui équivaut le Body Pump), j’y allais vraiment en dilettante. Je mettais le minimum sur mes barres, aux squats, je devais tourner à 8KG max, et franchement, j’étais contente. Mais pas fière de ce que je faisais. Mais jme bougeais et franchement, c’était déjà bien. Je crois que quelque part, je craignais me blesser ou devenir miss Univers version toutes veines dehors. Terribeul et horribeul.

Les mois ont passé et au bout de 3, je commençais à totaliser environ 6-h par semaine. Avec une réelle frustration quand des réunions ou des obligations familiales m’empêchaient d’y aller.

Et j’y ai rencontré des copines. Des copines qui par leur régularité, leur dynamisme m’ont donné l’envie de me pousser. L’effet de groupe et les défis que nous nous imposions.

Le déclic s’est produit le jour où, en power barre, notre coach nous a défié de mettre 15kg sur la chanson des squats. On a trouvé ça dur sur le coup, mais on a tenu. 

Et finalement, le coach a introduit de plus en plus cette notion de défi dans certains de ses cours. au circuit, au power barre. Et c’est là qu’on a réellement progressé. On ne se contente plus du facile, on pousse nos limites.

Depuis peu, on est même sorti de notre caverne(dixit la salle de fitness) pour oser pousser la porte de la salle de muscu. Affronter le regard des pousseurs de fonte. Même pas peur ;).

 

Persévérer…

Très souvent, quand une femme s’inscrit dans une salle de sport, elle a généralement l’optique de perdre du poids. J’imagine que c’est la motivation principale d’inscription féminine(au regard de ce que je peux observer dans ma propre salle). Mais finalement, il faut voir au delà de cet objectif restrictif. Si tu es bien entourée et conseillée, tu affines tes envies et tes besoins. Tes envies qui deviennent des besoins :).J’y suis allée en souhaitant me débarrasser des bouts de gras qui me collaient aux fesses et aux cuisses depuis quelques années. Et puis j’ai voulu des abdos. Et puis je ne me suis plus focalisées sur la balance. Tu vas voir c’est magique le sport. Tu t’affines sans même changer de chiffre des unités sur la maudite. Et puis tu veux un muscle ici, un muscle là, la version play doh mais sur ton propre corps. Et puis encore une fois la balance, tu y fais de moins en moins attention. parce qu’au final, vu ce qu’on t’a expliqué sur cette sombre histoire de muscle plus lourd que le gras et donc à terme, moins volumineux pour le même poids, tu te dis que vu tout ce que tu fais, et vu toutes les courbatures que tu te paies, ta fabrique à muscle doit se mettre en route….Et perdre, du volume de gras.

C’est la régularité, l’assiduité qui va faire que tu vas persévérer.J’entends souvent des copines qui ne comprennent pas tout à fait ce besoin de faire du sport tous les jours. Je leur dis souvent qu’elles doivent être en deça d’un volume horaire par semaine(je pense 2h) qui rend un peu dépendant.Et aussi fou que cela puisse te paraître, certaines femmes y vont aussi pour « grossir » pas grossir au sens prendre du gras, mais être plus épaisses au niveau musculaire. Perdre en fragilité. Parce que ça aussi, ça peut être une source de complexe.

 

la clé du succès:

-un coach qui te donne envie de venir

– des copines avec qui tu rigoles bien mais aussi des copines qui te poussent à faire mieux. Qui te jettent un regard désapprobateur quand tu veux te contenter de moins…

-Ne pas avoir peur d’avoir un peu mal.

-Ignorer la fatigue centrale(oui, la fatigue centrale c’est pas ton corps qui est fatigué, c’est ton petit cerveau de feignasse qui te dit « ehhhh hoooo, tu serais tellement mieux le boule dans ton canap à regarder les reines du shopping ». Fais taire cette biatche!

-une salle proche du domicile, surtout si tu es attifée de petits grums

-un Homme qui te les garde(mais crois moi, c’est pas gratuit……)

-Ne pas se focaliser sur la balance.

-une partenaire de sport qui est toujours là avec toi, motivée qu’il pleuve, qu’il vente (poke Emilie).Ca change la vie…

-Des fringues de sport dans lesquelles tu te sens bien, voire belle. On a tendance à négliger cet aspect, mais depuis que je choisis des vêtements de fitness, j’ai beaucoup de plaisir à m’habiller pour le sport.

 

et ce que tu y gagnes

-des ami(e)s

– moins mal au dos

-du dynamisme

– et des muscles 😉

-des bons moments

 

bref tout bénef!

 

Et toi, alors, t’en es où avec le sport? Ca t’apporte quoi? Est-ce que ça t’a donné envie de t’y mettre?

Dis moi tout!!!!

 

Et les photos, c’est cadeau 🙂

 

Image

Image

la salle de muscu 😉 même pas peur de faire les débiles

Image

Image

 

XOXO

 

 

 

 

 

 

Affirme ton staïle 😉

4 réflexions sur “On s’bouge le booty:clé du succès

  1. ludivine dit :

    Coucou et bien j’ai aussi un abonnement depuis septembre au debut motivée +++++ puis ma cop’s avec qui j’ay allais assidument 2 fois par semaine est tombé enceinte……et moi bah je me suis completement découragée!!!! Quelques km a faire, le froid de l’hiver, du coup je ‘y vais plus!!!!!!
    j’suis nulle hein????? Notre but n’etant pas de perdre du poid mais de maintenir notre poids normal et de se sentir bien…..
    Je suis completement démotivée……..

    • les tribulations d'une poulette dit :

      essaie d’aller aux cours collectifs et de rigoler avec d’autres filles. C’est comme ça que jme suis faite des copines et ca m’a changé la vie. Il ne faut pas se renfermer sur son step. Va vers les autres, partage, et surtout perds pas ta motivation si précieuse!!!!!!bisous!

  2. Emma June dit :

    A chaque fois que j’ai réussi à trouver la motivation, je l’ai vite perdue et je n’ai jamais réussi à m’intégrer dans un groupe, ni à trouver d’amie »motivatrice », bref, ça ne tient jamais bien longtemps. (et en plus, faut le dire que la Fatigue centrale dans ma tête qui concerne l’attrait de fainéantise sur le canap, elle parle fort 🙂 ) Mais j’admire celle qui se maintiennent à la motiv

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s